Communauté de Communes du Centre Ouest (CCCO)

La 3CO ou CCCO résulte de la création d’une coopération intercommunale à fiscalité propre entre ses villes membres qui sont respectivement M’tsangamuji, Ouangani, Sada,  Chiconi et Tsingoni. Créée en décembre 2015, l’institution a actuellement à sa tête Mr Zaïnoudine Antoyissa, épaulés de 38 conseillers communautaires et jusqu’en 2020, date des prochaines élections communautaires. C’est à  Mroalé, au lieu-dit Lazaré se situant dans la commune de Tsingoni que se trouve son siège. D’après les statistiques de l’INSEE de 2012, ce territoire d’outre-mer à Mayotte abrite une population de 43 845 habitants, et couvre une surface de 94,17 Km2.

La 3CO ou CCCO : un fort potentiel dans le domaine du foncier et de l’agriculture

Dès la création de l’institution, on a pu établir les atouts et faiblesses de cette communauté de commune suite à un diagnostic du territoire conduit par ses conseillers communautaires. Du coup, son fort potentiel, aussi bien dans le domaine du foncier qu’en agriculture, ont vite pu être mis en relief. Tout cela en fait un important levier et une véritable alternative pour le développement économique de Mayotte. Ses compétences obligatoires, optionnelles et facultatives constitue un savant dosage de missions entre ses communes membres.

La 3CO  et ses compétences

Dans la première catégorie, la 3CO a un rôle crucial dans le développement touristique, économique ainsi que dans l’aménagement de l’espace visant à accueillir des actions d’intérêt communautaire. Dans cette optique en l’occurrence, elle doit ménager et gérer de façon efficace des aires d’accueil destinés aux Gens du Voyage. La collecte et le traitement des déchets ménagers ou assimilés font aussi partie de ses responsabilités obligatoires. Dans la deuxième catégorie, c’est-à-dire ses compétences en option et dans un intérêt communautaire, la 3CO met en place la voirie et s’occupe de sa maintenance. 

Ses actions s’élargissent dans plusieurs domaines dont l’environnement, le sport et la culture, la politique de la ville et le cadre de vie de ses populations. En revanche, l’organisation des transports urbains et la NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication) constituent ses compétences facultatives. 

Un territoire d’une richesse exceptionnelle

Les territoires de l’outre-mer incarne une  grande diversité d’espèces végétales, animales et aussi d’habitats. Ses milieux naturels et tropicaux favorise une biodiversité endémique, évoluant sur des lagons, la mangrove, des zones humides ou des plages. De fait, elle bénéficie d’une situation géographique idéale pour développer le potentiel touristique du territoire pour en faire un axe clé de son développement. A titre d’exemples, la possibilité de développer les hébergements touristiques, ou bien la valorisation du patrimoine culturel et touristique. Ce domaine à lui seul peut engendrer des emplois liés directement ou non à l’activité touristique. Il peut même constituer un important levier du service tourisme d’affaire.